Menu

L’huile de cannabis pour traiter l’épilepsie chez des enfants

1 août 2018
Abigail Weightman, qui souffre d’épilepsie pharmacorésistante, et sa mère, Laura. Photo : CBC/Turgut Yeter

Des chercheurs de l’Hôpital pour enfants à Toronto ont mené une étude et mis en place un traitement à l’huile de cannabis pour réduire les crises et améliorer la qualité de vie des enfants atteints d’épilepsie pharmacorésistante.

L’étude porte sur l’efficacité d’une huile de cannabis pour traiter le syndrome de Dravet, une forme grave d’épilepsie résistante aux médicaments.

L’huile contient 100 mg par millilitre de cannabidiol (CBD) pour 2 mg par millilitre de tétrahydrocannabinol (THC).

Un mélange de cannabidiol (CBD) et de tétrahydrocannabinol (THC) permet de réduire les crises d’épilepsie de certains enfants, selon cette nouvelle étude. Photo : Radio-Canada/Tyson Koschik

Dix-neuf des 20 participants à l’étude ont suivi le programme de 20 semaines, après la mort subite et inattendue de l’un d’entre eux.

Le syndrome de Dravet est une forme rare et catastrophique d’épilepsie qui débute dès la première année de vie. Les crises sont généralement difficiles à traiter et les enfants ont beaucoup d’autres troubles tels que le retard du développement et d’importantes difficultés d’apprentissage, indique un communiqué de l’Hôpital pour enfants.

Il n’y a pas de remède et cette maladie dure toute la vie.

Hôpital pour enfants de Toronto
Abigail Weightman, 16 ans, vit avec des crises depuis qu’elle a huit mois. Photo : Radio-Canada

30 % des enfants souffrant d’épilepsie ont une résistance aux médicaments et les effets sont dévastateurs, malgré les médicaments antiépileptiques disponibles et les thérapies diététiques et chirurgicales tirées des recherches des 20 dernières années, ajoute l’Hôpital.

Blathnaid McCoy est la chercheuse à l’origine de cette étude qui permet, selon elle, d’avoir une meilleure compréhension des doses appropriées pour réduire les crises d’épilepsie de ces enfants.

Au cours de l’étude, 63 % des enfants ont eu au moins une réduction de moitié de leur nombre de crises et deux enfants sur 19 n’ont maintenant plus de crises, dit la neuropédiatre.

Notre étude s’ajoute à un nombre croissant de preuves que les cannabinoïdes peuvent exercer des effets antiépileptiques et sont sûrs et tolérables dans le traitement pédiatrique de l’épilepsie pharmacorésistante, explique-t-elle.

Abigail Weightman, 16 ans, a participé à l’étude. Pour nous, c’était l’occasion d’essayer un traitement qui pourrait fonctionner tout en ayant moins d’ingrédients [inconnus], dit sa mère, Laura Weightman.

Notre étude a utilisé une préparation contenant à la fois du CBD et une légère dose de THC », explique la Dre Blathnaid McCoy. Photo : Radio-Canada

La chercheuse et elle ont toutes deux observé une réduction de l’agitation et une diminution de la fréquence, de l’intensité et de la durée des crises d’Abigail.

Vivre avec une épilepsie pharmacorésistante

Comme Abigail, la majorité des enfants prenaient au moins trois médicaments antiépileptiques prescrits, dit la Dre McCoy.

Les enfants qui ont participé au programme, âgés de 2 à 17 ans, souffrent de crises d’épilepsie prolongées et fréquentes.

Les crises d’Abigail ont commencé dès l’âge de huit mois à une fréquence allant de 8 à 10 crises par mois. […] Depuis le début de ce traitement en mars 2017, Abigail n’a eu que trois crises d’épilepsie au cours de la dernière année, souligne Laura Weightman.

Laura Weightman, la mère d’Abigail, espère que la diminution du nombre de crises d’épilepsie permettra à sa fille d’être plus autonome. Photo : Radio-Canada

C’était difficile. Avant ce traitement, Abigail était un rat de laboratoire, ajoute-t-elle. Pour la mère d’Abigail, ce traitement est porteur d’espoir.

Laura Weightman raconte que sa fille a essayé 14 médicaments différents depuis son diagnostic. Parfois, elle a même pris trois médicaments oraux à la fois pour tenter d’avoir le contrôle sur les crises d’épilepsie, précise-t-elle.

Une solution pas efficace pour tous

C’est une option pour les enfants qui vivent avec une épilepsie pharmacorésistante, mais ce ne sera pas efficace pour tous, souligne la Dre McCoy.

La neurologue met aussi les parents en garde quant au dosage prescrit.

Il s’agit d’une substance psychoactive, donc il est important de s’assurer que le dosage ne produit pas des effets [euphorisants].

Dre Blathnaid McCoy

La neurologue reste cependant optimiste et satisfaite des conclusions de l’étude.

Ces résultats forment la base nécessaire pour faire progresser le traitement et les résultats concluants pour ces enfants qui, jusqu’à maintenant, avaient peu d’espoir d’obtenir de meilleurs résultats en matière de santé, note l’Hôpital pour enfants de Toronto.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1115542/marijuana-thc-enfants-epilepsie-etude-sickkids-toronto

Allergique? Vous cherchez un restaurant où manger? Consultez le répertoire