Menu

La pénurie d’EpiPen pas encore résorbée

27 juin 2018

L’été commence, et la pénurie d’auto-injecteurs EpiPen, essentiels pour les personnes souffrant de graves allergies, n’est toujours pas réglée. «En raison de retards dans la fabrication du produit, les grossistes et les pharmaciens pourraient connaître des périodes où leurs stocks seront plus faibles», prévient Pfizer Canada.

Pour Sylvia Lebrun, une résidente de Magog «hyper allergique» aux fruits de mer — «la conséquence est un œdème de la glotte, c’est-à-dire que la glotte gonfle et l’air ne passe plus» —, cette pénurie est «impensable».

«Ma prescription médicale est de deux auto-injecteurs, et ma pharmacie me fournit seulement un Epipen. Le pharmacien m’a même dit que certains patients ne pouvaient pas s’en procurer» se désole MmeLebrun, pour qui c’est «un non sens» que la seule compagnie qui produit les auto-injecteurs EpiPen ne soit pas en mesure de fournir un stock suffisant «pour protéger la population d’une réaction mortelle dans certains cas».

«Lorsque votre allergologue vous dit : “Madame, ne vous éloignez pas à plus de 20 minutes d’un hôpital, parce que l’effet d’un auto-injecteur est de 20 minutes”, c’est sérieux», illustre Mme Lebrun, pour qui l’insécurité plane en tout temps : au resto, à un repas chez des amis, en voyage… «Ce n’est pas seulement de ne pas manger de fruits de mer, mais il faut aussi prévoir les relations croisées [grilles et ustensiles de cuisson, huile de friture…]», souligne-t-elle.

Le pharmacien Sébastien Sam, du Familiprix de la rue Saint-Patrice Est, à Magog, confirme que l’approvisionnement en auto-injecteurs EpiPen est difficile. «Par pharmacie, on peut seulement commander un auto-injecteur par jour. Pour certaines pharmacies, ça peut être suffisant, mais pas pour nous, qui avons un gros débit. […] Parfois, on n’arrive même pas à en commander, et on peut se retrouver avec aucun [auto-injecteur] en stock, donc il nous faut limiter les quantités aux patients», témoigne le pharmacien, qui a «très hâte» que le problème soit réglé.

Chez Pfizer Canada, on indique que «bien que les stocks soient distribués sur le marché canadien chaque mois, nous ne pouvons confirmer à l’heure actuelle le moment où l’approvisionnement reprendra son cours normal».

Retards à l’usine

Ces restrictions d’approvisionnement, qui devaient être résolues le 31 mai, sont causées par des retards à l’usine de fabrication et par les quantités limitées d’une composante du produit fournie par un tiers, explique une porte-parole de la compagnie pharmaceutique, Christina Antoniou.

«Les envois d’EpiPen se poursuivent et les stocks reviennent progressivement à la normale à l’usine de fabrication. Le retard est en grande partie attribuable au rattrapage à faire, ce qui prendra plusieurs mois en raison de la période de pointe qui commence», prévoit la porte-parole de Pfizer Canada, précisant qu’à l’heure actuelle, les grossistes, les distributeurs et les pharmacies ont à leur disposition «une quantité limitée» des deux formats d’auto-injecteurs (adulte et junior).

La compagnie dit traiter cette période d’approvisionnement «de façon prioritaire» et travailler «diligemment» à restaurer complètement l’approvisionnement afin de répondre à la demande du marché canadien. «Pfizer comprend les problèmes occasionnés par ces restrictions d’approvisionnement pour les patients et la communauté des soins de santé, et en est désolée», s’excuse Christina Antoniou.

Chez Santé Canada, on dit «travailler étroitement avec l’entreprise, les intervenants et les autorités provinciales et territoriales afin de coordonner l’échange d’informations et d’aider à réduire au minimum les répercussions de cette pénurie sur les Canadiens».

«Pfizer a indiqué qu’elle gère soigneusement l’approvisionnement canadien et qu’elle travaille de concert avec son réseau mondial pour trouver d’autres sources d’approvisionnement», rapporte la porte-parole Renelle Briand.

Santé Canada recommande aux patients et aux pharmaciens de consulter le site penuriesdemedicamentscanada.ca ou de communiquer directement avec Pfizer pour obtenir des renseignements à jour sur les dates de réapprovisionnements approximatives. «Les patients inquiets peuvent consulter un professionnel de la santé», suggère encore Mme Briand.

En général, il est recommandé d’avoir plus d’un auto-injecteur, chacun avec une date de péremption différente, pour ne pas se retrouver dans une situation où le seul auto-injecteur disponible est périmé, mentionne par ailleurs la porte-parole de Santé Canada.

«Cependant, étant donné le problème de pénurie actuel, toute personne qui a une réaction anaphylactique et qui dispose seulement d’un auto-injecteur périmé devrait utiliser le produit périmé et composer immédiatement le 9-1-1. Que le produit soit périmé ou non, le patient doit se rendre à l’hôpital le plus proche dès que possible après l’administration du produit, conformément aux instructions figurant sur l’étiquette», rappelle Renelle Briand.

+

LES SEULS AUTO-INJECTEURS VENDUS AU PAYS

EpiPen et EpiPen Jr sont les seuls auto-injecteurs produits au Canada, aucune autre entreprise que Pfizer n’ayant commercialisé leurs produits au Canada, confirme Santé Canada.

La porte-parole Renelle Briand indique que quatre compagnies pharmaceutiques, soit Kaléo Pharma (Allerject), Taro Pharmaceuticals (Taro-epinephrine), Valeant Canada (Emerade) et Lincoln Medical (Anapen) ont tous été autorisés par Santé Canada à commercialiser leurs produits d’auto-injection d’épinéphrine, mais qu’aucune de ces entreprises ne l’a fait jusqu’à maintenant.

«Il revient au fabricant de décider de commercialiser ou non son produit au Canada. Santé Canada ne peut obliger une entreprise à mettre son produit sur le marché ou à le fournir», explique Mme Briand.

https://www.lesoleil.com/actualite/sante/la-penurie-depipen-pas-encore-resorbee-368a8abef907a75c641b1144de901cd4

 

Allergique? Vous cherchez un restaurant où manger? Consultez le répertoire