Menu

Les hospitalisations liées à l’asthme ont diminué de moitié en 10 ans

26 avril 2018

Les progrès dans la prise en charge de l’asthme depuis 2006 au Canada ont permis de faire baisser les taux d’hospitalisation dus à cette maladie de moitié, selon une étude de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). L’asthme demeure toutefois l’une des premières causes d’hospitalisation chez les Canadiens de moins de 20 ans.

En 10 ans, le taux d’hospitalisations dûes à l’asthme est passé de 154 à 75 hospitalisations par 100 000 habitants.

Cette amélioration, constatée d’une manière générale partout au Canada, est particulièrement notable chez les enfants de moins de 5 ans. Jeanie Lacroix, gestionnaire au service de la Performance de santé au sein de l’ICIS, explique ces bons résultats par une combinaison de facteurs. « On constate une baisse de la prévalence chez les enfants de 0 à 5 ans, mais aussi une meilleure prise en charge avec un diagnostic précoce, et l’utilisation des médicaments prescrits », indique-t-elle.

Malgré tout, le rapport souligne les inégalités qui subsistent face à l’asthme. En 10 ans, le taux d’hospitalisations est demeuré environ 1,5 fois plus élevé pour les jeunes issus de quartiers à faibles revenus que pour ceux de quartiers plus aisés sur le plan économique. De la même façon, les enfants des ménages ayant fait des études supérieures ont deux fois moins de risques d’être hospitalisés que les enfants des ménages ayant un faible taux de scolarité.

Ainsi, les données enregistrées entre 2013 et 2016 indiquent que, pour les familles aux revenus les plus faibles, le taux d’hospitalisation a été de 98 pour 100 000 habitants. Il était de 42 pour 100 000 habitants pour les familles aux revenus les plus élevés.

« Plusieurs facteurs peuvent être liés à cela, explique Jeanie Lacroix. Nos recherches montrent notamment que les niveaux de tabagisme sont plus élevés chez les ménages aux revenus plus faibles, ou avec un niveau de scolarité inférieur. Le but de cette étude est donc d’examiner ces facteurs d’inégalité, afin de pouvoir agir plus efficacement. »

Jo-Anne St-Vincent, éducatrice certifiée en asthme au Centre d’éducation sur l’asthme et les allergies associé à l’Hôpital pour enfants de Winnipeg, au Manitoba, confirme l’importance de ces facteurs socioéconomiques. « Le niveau d’instruction, la peur des médicaments, un manque de compréhension des symptômes, l’accès aux médicaments, que ce soit financièrement ou physiquement, sont autant de barrières qui nuisent à la bonne prise en charge, détaille-t-elle. C’est pourquoi nous avons fondé ce centre, unique au Canada et même en Amérique du Nord, pour mener des programmes d’information. »

Selon elle, c’est ce qui explique que le Manitoba est la province qui enregistre la baisse la plus importante relevée par l’étude, soit 61 % d’hospitalisations en moins.

 

Allergique? Vous cherchez un restaurant où manger? Consultez le répertoire