Menu

Des parents à la défense d’armoires EpiPen dans les écoles

13 novembre 2017
Une Winnipégoise, mère d’une fille de six ans allergique mortellement aux arachides, a été la première a proposer à la Division scolaire de Winnipeg d’installer des armoires d’EpiPen dans les écoles, en septembre dernier

Un groupe de parents présentera une proposition lundi lors d’une réunion du conseil de la Division scolaire de Winnipeg pour demander l’installation des armoires d’EpiPen dans les écoles.

« Lorsque je dépose mes enfants à l’école, je les laisse avec un Epipen attaché à la taille et ils savent qu’ils doivent le garder avec eux en tout temps, mais cela est peu sécurisant », a déclaré Lauren Phillips dont la fille de neuf ans est allergique aux noix de cajou, aux pistaches et à la mangue.

« La possibilité d’avoir des armoires d’EpiPen, comme les défibrillateurs, a tout simplement du sens pour moi », a-t-elle ajouté.

Accompagnée de deux autres parents et d’un allergologue, Mme Phillips proposera que l’école tienne dans une armoire un EpiPen qui émettra une alarme lorsqu’elle est ouverte.

La présidente de la Division scolaire de Winnipeg, Sherri Rollins, s’est dit en faveur d’une telle proposition. Selon elle, la mise à la disposition d’EpiPen pour tous les élèves des écoles de la division permettra d’arrêter le choc anaphylactique en cas de réaction allergique inattendue.

Protéger tous les enfants

« Nous faisons campagne pour que la Division scolaire de Winnipeg ait une politique et un moyen sûr et fiable de répondre aux enfants en cas de réaction anaphylactique », a rappelé Mme Phillips. « Il y a tellement d’enfants avec des allergies mortelles maintenant. Nous avons besoin d’une réponse systémique. »

Bien que le groupe espère voir des armoires d’EpiPen dans toutes les écoles, il veut démarrer l’initiative avec un projet pilote dans quelques écoles afin de s’assurer de son efficacité.

Orla Nazarko, mère d’une fille de six ans qui souffre d’une allergie mortelle aux arachides, a été la première personne à proposer l’idée.

En septembre, elle a déclaré que la Division scolaire de Winnipeg avait rejeté sa demande. Mme Nazarko a indiqué qu’elle sera présente à la rencontre. Elle affirme qu’elle se sentirait en sécurité si une armoire d’EpiPen avec alarme était installée dans l’école de sa fille.

La Division avait mentionné qu’elle avait mis en place des plans pour les enfants qui ont des EpiPen et qu’elle suivait aussi le protocole gouvernemental d’administration de médicaments aux élèves.

« Seuls les médicaments prescrits par un praticien autorisé seront administrés par le personnel de l’école », selon le protocole du gouvernement du Manitoba, avait indiqué la division scolaire dans un communiqué.

Voir l’article original:https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1066916/parents-armoire-epipen-ecoles

 

Allergique? Vous cherchez un restaurant où manger? Consultez le répertoire