Menu

Vivre l’Halloween avec des allergies alimentaires

31 octobre 2017

La famille Poutissou attire petits monstres, dragons et sorcières le soir de l’Halloween avec ses belles citrouilles placées à l’entrée de sa maison, dans le quartier Dunbar, dans l’ouest de Vancouver. Une d’entre elles, peinte en turquoise par les deux fillettes de la famille, indique que son panier de bonbons comprend aussi des surprises non alimentaires pour ceux qui souffrent d’allergies.

Un texte de Geneviève Milord

Il s’agit d’une initiative en l’honneur de Sophie, l’aînée de la famille, qui a des allergies alimentaires depuis neuf ans.

« On lui a fait un gâteau des anges avec plusieurs oeufs dedans quand elle avait 1 an et c’est comme ça qu’elle a réagi », raconte Stéphane Poutissou.

Une première allergie aux oeufs suivie d’une autre aux arachides, plus grave, qui exige que Sophie, maintenant âgée de 10 ans, ait en permanence sur elle un auto-injecteur EpiPen.

La saison de l’Halloween ravive toujours une certaine crainte chez les Poutissou parce que beaucoup de friandises contiennent des arachides et d’autres allergènes, ou peuvent avoir été en contact avec eux.

SMLXL

 Sophie Poutissou a une grave allergie aux arachides et doit lire attentivement la liste des ingrédients de chaque bonbon avant de le consommer   Photo : Angélique Poutissou

Il y a un peu de stress et d’anxiété; on a dû apprendre à naviguer à travers cette fête.

Stéphane Poutissou

Se fier à l’étiquetage?

Stéphane Poutissou avoue que Sophie a appris au fil des ans à lire la liste des ingrédients et à détecter les produits non sécuritaires pour elle. Les friandises d’Halloween présentent toutefois un défi pour une personne allergique.

« Les compagnies ne mettent pas les ingrédients sur les paquets plus petits. Ils les mettent sur la grande boîte, et quand on reçoit le bonbon, on n’a pas la grande boîte, donc on [ne] peut pas avoir confiance », explique-t-il.

Dès qu’il y a un doute, le bonbon se retrouve sur la pile de friandises à ne pas manger.

Le directeur de la clinique allergie de Vancouver, le Dr Edmond Chan, confirme que l’étiquetage au Canada est bien réglementé. Ce qui pose un problème, selon lui, ce sont les petits paquets sans liste d’ingrédients et les produits importés qui n’ont pas toujours de liste d’ingrédients exhaustive.

Principaux allergènes dans les friandises d’Halloween :

  • arachides
  • noix
  • lait de vache

Allergies en hausse

Le Dr Chan dit que les statistiques canadiennes et celles d’autres pays comparables au Canada, comme l’Australie, montrent une hausse du nombre de personnes souffrant d’allergies alimentaires.

Selon lui, un facteur qui pourrait expliquer cette augmentation revient constamment dans les recherches : « La trop grande propreté dans des pays comme le Canada fait que les bébés ne sont pas assez exposés aux microbes, ce qui empêche un développement adéquat du système immunitaire », dit-il.

SMLXL

 Le Dr Edmond Chan, directeur de la clinique allergie de Vancouver, recommande aux parents de ne pas exposer leurs jeunes enfants pour la première fois aux allergènes comme les arachides, les noix et le lait de vache, avec des friandises le soir de l’Halloween.   Photo : Dr Edmond Chan

Dr Chan rappelle d’ailleurs l’importance d’exposer les nourrissons très tôt aux arachides pour éviter qu’ils n’y deviennent allergiques. Il cite à cet effet une étude de 2015 qui contredit la croyance selon laquelle il faut plutôt attendre jusqu’à l’âge de 3 ans avant de le faire.

Edmond Chan recommande aux parents d’éviter de faire consommer des arachides ou tout allergène le soir de l’Halloween à un enfant qui n’en aurait jamais consommé.

Il dit ne pas avoir observé de recrudescence particulière de cas de réactions allergiques le soir de l’Halloween, mais que la prudence demeure de mise.

Les réactions allergiques varient d’une personne à l’autre. Le pédiatre suggère à toute personne allergique d’avoir son auto-injecteur pendant la récolte des bonbons.

Le Teal Pumpkin Project

La Food Allergy Research & Education (FARE) a lancé en 2014 le Teal Pumpkin Project, qui fait la promotion de la sécurité, de l’inclusion et du respect des personnes qui ont des allergies alimentaires.

Cette initiative offre une autre option aux enfants vivant avec des allergies et à ceux qui ne consomment pas de bonbons, tout en préservant l’esprit festif de l’Halloween et en assurant que tous aient une expérience positive.

SMLXL

Lancé par Food Allergy Research & Education (FARE) en 2014, le Teal Pumpkin Project® promeut la sécurité, l’inclusion et le respect des personnes qui doivent composer avec des allergies alimentaires.   Photo : Allergies Alimentaires Canada

Il y a eu beaucoup de progrès, mais il y a encore beaucoup de personnes qui ne sont pas sensibilisées aux allergies.

Stéphane Poutissou

Sophie Poutissou et sa soeur, Sabrina, ont fait une présentation sur le Teal Pumpkin Project dans leur classe respective pour sensibiliser leurs camarades à la réalité des enfants qui souffrent d’allergies.

Stéphane Poutissou croit que la société en général a beaucoup évolué dans les dernières années et est plus sensible aux dangers éventuels des allergies alimentaires, comme le montrent, par exemple, les écoles qui bannissent maintenant la présence d’arachides et de noix entre leurs murs.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1064383/vivre-halloween-allergies-alimentaires

 

Allergique? Vous cherchez un restaurant où manger? Consultez le répertoire