Menu

Allergies : les élèves peuvent à nouveau apporter des pommes et des carottes à Val Caron

29 septembre 2017
La Confederation Secondary School de Val Caron Photo : Radio-Canada/Benjamin Aubé

Les élèves de la Confederation Secondary School à Val Caron, dans le nord-est de l’Ontario, auront dorénavant le droit d’apporter des pommes et des carottes dans leur lunch. Après un tollé, notamment sur les médias sociaux, la direction de l’école a révisé à la baisse la liste des aliments qui sont interdits parce que des élèves souffrent d’allergies alimentaires.

Un texte de Benjamin Aubé
En début de semaine, le directeur de l’école, Pablo Gil-Alfau, avait expliqué dans une lettre envoyée aux parents que certains élèves souffraient d’allergies.
Conséquemment, il demandait aux parents « d’éviter d’envoyer des graines de sésame, des noix, des pommes, des carottes, des pois mange-tout, des cerises, des nectarines, des kiwis, des fruits de mer, des pommes de terre, de la noix de coco et de l’huile de noix de coco dans les dîners de tous les élèves ».
La lettre avait ensuite été publiée par un parent sur Facebook.
Plusieurs personnes, dont certains sont des parents d’élèves de la région, ont réagi avec sarcasme, tandis que d’autres étaient fâchées.
« C’est fou. Qu’est-ce qu’ils ont le droit de manger, alors? », demande Danielle Cote.
Darlene Brownlee considère que « ces règlements deviennent de plus en plus ridicules; plusieurs enfants ont régulièrement des pommes et des carottes dans leur dîner ».
D’autres personnes étaient cependant déçues de lire ces commentaires négatifs et rappelaient que les réactions allergiques peuvent, dans les pires cas, être mortelles.
Selon Amanda Thibert, certains commentaires montrent que les gens sont mal informés.
Stephanie Lamarche, elle, note « qu’il existe tellement d’autres options pour les collations et les dîners des élèves ».

Volte-face

Vers la fin de la semaine, le directeur Pablo Gil-Alfau a changé d’idée.
La direction a examiné tous les cas d’allergies et a jugé qu’elle pouvait modifier la liste sans compromettre la santé des élèves concernés. Seules les noix et les graines de sésame sont toujours interdites.
« Je suis content de voir le niveau d’échanges que ce sujet a suscité en ligne, souligne M. Gil-Alfau. La Loi de Sabrina [portant sur les allergies dans les écoles] est un élément important pour la sécurité de nos élèves, et nous continuons de former notre personnel et de développer des stratégies pour répondre à ces besoins. »

L’esprit de la Loi de Sabrina

La Loi de Sabrina, adoptée par la province en 2005, vise à s’assurer que chaque école en Ontario maintient une politique relative à l’anaphylaxie, une réaction allergique grave qui peut être fatale.
Cette politique doit inclure des stratégies visant à réduire les risques d’exposition dans les salles de classe et les zones communes de l’école.
Elle oblige aussi tous les directeurs d’école à élaborer un plan individuel pour chaque élève qui souffre d’une allergie grave. La direction doit identifier un endroit accessible pour entreposer les auto-injecteurs d’épinéphrine, si nécessaire.
Mais la loi ne suggère pas l’interdiction d’aliments, souligne Cera Scarr, une mère de Sudbury.
« L’objectif de la loi est de sensibiliser les élèves, leurs parents et le personnel enseignant aux risques et aux meilleures pratiques pour gérer les allergies », dit-elle.
Elle ajoute qu’interdire certains aliments n’est pas la meilleure approche.
Allergique? Vous cherchez un restaurant où manger? Consultez le répertoire