Menu

Pas d’auto-injecteurs d’épinéphrine dans les bâtiments municipaux de Windsor

25 avril 2017

Le conseil municipal de Windsor rejette une proposition visant l’installation d’auto-injecteurs d’épinéphrine dans les bâtiments municipaux, estimant que cela est trop risqué.

Le rapport commandé par les élus municipaux l’an dernier sur la mise en place de ce projet pilote a conclu que la présence d’auto-injecteurs dans les bâtiments municipaux posait un risque en matière de responsabilité légale pour les gens qui les utiliseraient sans avoir eu de formation.

« Vous demanderez, potentiellement, à quelqu’un qui a 16 ou 17 ans dans un centre communautaire de prendre la décision d’un ambulancier sur l’administration d’épinéphrine », a expliqué le maire Drew Dilkens, qui n’a pas soutenu la proposition.

De plus, plusieurs conseillers auraient souhaité que le bureau de santé publique participe activement au projet et le supervise, ce que l’agence ne souhaitait pas, selon le rapport.

La Ville va toutefois continuer d’étudier la question et observer la façon de faire d’autres villes, comme Hamilton.

Dans cette municipalité, le bureau de santé forme les employés municipaux à l’utilisation d’EpiPen.

En juillet 2016, la Ville de LaSalle avait également rejeté cette option pour les mêmes raisons.

Allergique? Vous cherchez un restaurant où manger? Consultez le répertoire